Scarabelli


« In Astro Veritas »

 

Astrologie homéopathique : Lycopodium





Mots clefs : séducteur, ambitieux, orgueilleux.


Famille : végétal.


LYCOPODIUM C'est un lycophyte, plante très ancienne sur notre planète puisqu'elle fait partie des végétaux géants de l'ère primaire (- 400 millions d'années, dès le silurien), qui a tellement involué qu'actuellement LYCOPODIUM CLAVATUM n'est plus qu'une mousse herbacée souterraine puis rampante atteignant au plus un mètre de long, à l'aspect rabougri. Grandeur et décadence... seraient les termes résumant le mieux l'histoire regrettable de ce végétal qui fut dominateur.


Sensation d'impuissance et de décadence sont aussi deux symptômes caractérisant bien le noyau central de la souffrance du remède. Peur de ne pas être à la hauteur dans la vie, à tous les âges, depuis la naissance. À la hauteur de ce qu'on attend de lui, de ce que ses parents ont espéré de lui. Sensation d'être impuissant, d'être faible face aux challenges de la vie, manque profond de confiance en soi, autrement dit : complexe d'infériorité. Nous sommes à la base dans la problématique de la puissance, de la toute-puissance. Dès le plus jeune âge, ce qu'on lui a laissé entendre, ce qu'on lui a inculqué, ce qu'on a projeté sur lui dès avant sa conception peut-être, c'est la nécessité de la réussite sociale avant tout, de la supériorité sur les autres, c'est-à-dire un leurre ! Comment réussir à être le plus fort ? Si on est le plus fort quelque part ou à quelque moment, on ne peut l'être toujours et des échecs vont se succéder, mais la chose caractéristique chez LYCOPODIUM est que ces échecs sont mal vécus et, au lieu de le stimuler, ils vont au contraire l'enfoncer et renforcer son sentiment d'impuissance, d'infériorité qui est très caché au fond de chaque lycopode. Ce qui le tue en somme, c'est toujours de se comparer aux autres. Tout s'est passé comme si, au lieu d'apprendre au petit enfant que la chose la plus importante dans la vie pour être heureux, c'est l'amour, on lui avait communiqué que cette chose est le pouvoir, la supériorité ; comme si, au lieu de l'aimer simplement, on l'avait aimé pour lui-même ; comme si, pour être aimé, il devait réussir... Complexe d'infériorité héréditaire, ou de supériorité, ce qui revient au même, désir de revanche ?


De toute façon, le fait est là : LYCOPODIUM va être de plus en plus convaincu qu'il est faible au fur et à mesure qu'il grandira et qu'il accumulera ses premiers échecs en se confrontant aux autres car ils ne feront que lui confirmer ce qu'il craignait. Et cette sensation d'impuissance sera d'autant plus inconfortable et intolérable qu'on aura nourri son ambition en lui laissant entendre que la toute-puissance est quelque chose de possible, dès le berceau.


En phase sycotique, outre la fuite devant les situations difficiles qui ne fait que se consolider, apparaît la dissimulation ; celle-ci est poussée à son paroxysme dans ce remède, tant est grande et enfouie au fond la conviction de son infériorité : LYCOPODIUM déploie des efforts énormes pour que personne ne s'aperçoive de sa nullité - nullité imaginée et non réelle, répétons-le, car c'est la foi le moteur de l'homme, que ce soit en positif comme en négatif ; et, dans ce cas précis, nous avons vu beaucoup de LYCOPODIUM très intelligents et avec beaucoup de qualités, et surtout pas aussi nuls qu'ils le croyaient, ou de toute façon pas plus que les autres ! Leur problème vient de ce qu'ils ne savent pas ne pas se comparer aux autres, qui plus est en termes de valeurs apparentes. Ils ont constamment besoin d'admiration, d'être honorés, respectés, afin d'être rassurés sur leur valeur, comme si, pour être aimé, il fallait avoir de la valeur. Le jour où, bien plus tard - le jour de sa retraite peut-être -, LYCOPODIUM recevra des remerciements sincères, une véritable preuve d'amour, il s'effondrera en pleurs.


La dissimulation la meilleure qu'il trouve, c'est de paraître l'inverse. Plus c'est gros, moins ça se voit ! Il va tromper son entourage en se présentant comme fort, sûr de lui, très dur et va chercher à dominer et même à écraser les autres. Impossible de le contredire, LYCOPODIUM a toujours raison. Autoritarisme, amour du pouvoir sont les deux symptômes sycotiques majeurs. Parfois, ce sera très difficile de démasquer le remède, même pour l'homéopathe le plus « Sherlock Holmes » ! Heureusement (pour son bien), il ne manquera pas de se trahir car on ne peut pas exercer un contrôle sur tout son comportement en permanence.


Mais reparlons de l'angoisse de LYCOPODIUM, que nous n'avons fait qu'évoquer en parlant de sa lâcheté, car elle va conditionner tout le vécu de sa souffrance mentale et physique. De quoi LYCOPODIUM a-t-il le plus peur dans la vie, au fond ? De tout ! De n'importe quoi. Tout dans le monde peut représenter un danger pour lui, tant au niveau physique qu'au niveau relationnel, social. À la base, il n'a aucune confiance dans sa force. La peur suprême serait peut-être la peur de lui-même ! Peur de la vie ! Peur de ne pas être à la hauteur, de ne rien réussir. D'où aussi la peur d'être abandonné par ses géniteurs ou ses protecteurs. La peur d'être seul, isolé est terrible chez lui. Peur des gens, des inconnus. Peur de l'inconnu. La peur de ne rien pouvoir. La peur de ne rien pouvoir faire, engendrer, correspondant à la peur terrifiante de l'adulte LYCOPODIUM lorsqu'il s'apprête à être père, ce qui peut gravement le déstabiliser. L'angoisse de LYCOPODIUM est si grande au fond que l'on comprendra alors pourquoi ce remède est capable de guérir des affections graves, dont l'importance est à la hauteur de leur souffrance morale, qui est longtemps cachée et contenue. Ces peurs fondamentales que nous venons de citer sont d'une importance encore bien plus grande que la peur que les autres ne découvrent leur lâcheté et sont le moteur profond de la pathologie.


Dans la pratique, on rencontre LYCOPODIUM bien plus souvent dans le sexe masculin que dans le sexe féminin. Ceci pourrait être en rapport avec le fait que le mode de réaction sycotique correspond avec le stéréotype de la virilité dans les sociétés patriarcales comme la nôtre. À cela correspond aussi la préférence à droite pour la localisation des symptômes. On appelle aussi LYCOPODIUM pied de loup ou soufre végétal, car la poudre de ses spores est inflammable - elle fut longtemps utilisée par les artificiers -, ce qui rapprocherait LYCOPODIUM de SULFUR, soufre et soleil de la terre, remède très centré sur sa personne et sur « l'éclat » qu'il peut avoir en société. Ceci dit, on rencontrera de temps en temps une petite fille LYCOPODIUM, d'autant plus que de nos jours certaines femmes revendiquent les mêmes possibilités que les hommes et ne peuvent se trouver « piégées » dans une problématique de pouvoir ou d'orgueil... et donc des fillettes promises à un bel avenir !


Les grandes polarités du remède sont banales et semblables à tous les polychrestes : peau, système nerveux, système hépatodigestif, arbre urinaire, croissance, chacune pouvant s'expliquer par l'hérédité ou le psychosomatique ; en revanche, on peut faire remarquer un mode réactionnel particulier de LYCOPODIUM, celui du foie. Tous les homéopathes ont depuis toujours fait remarquer l'importance de l'atteinte prioritaire de cet organe chez LYCOPODIUM. Est-ce dû à son manque de foi en soi ? Le problème hépatique du sucre correspond bien à la fonction de ce nutriment : donner de la force. LYCOPODIUM manque de forces physiques et de force morale et il voudrait tant être fort !... Mais le voilà faible, maigre, peu musclé, peu résistant et à la recherche du sucre-force ou intolérant au sucre-amour, sucre qu'il ne peut bien conserver et métaboliser. Enfin, certains ont un aspect « dégénéré », comme le lycophyte, par hérédité familiale, et ont des stigmates du miasme syphilitique : scoliose, arcatures tibiales, naevi, nanisme, maigreur, teint terreux, aspect vieillot, grande fragilité aux infections et fatigabilité.


Résumé :

Grandeur et décadence de ce végétal géant à l'ère primaire et actuellement rampant, petit et rabougri, comme le sujet intolérant à sa condition qu'il vit comme inférieure. Poudre pollinique enfermée dans des coques extrêmement dures. Il réagit par l'orgueil, la domination et l'occultation de sa lâcheté.


D'après "Homéopathie pédiatrique" de Jacques Lamothe, aux éditions Similia.


Rappel des significateurs astrologiques identifiés par Franck Nguyen :


Soleil, Lune, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus

Feu, Air - Taureau, Gémeaux, Lion, Vierge, Balance, Sagittaire.

Découvrez la synthèse des remèdes

*** Consultation d'astrologie homéopathique ***

découvrez votre remède de fond !

À partir de vos coordonnées de naissance exactes (date, heure et lieu précis),

et de vingt minutes d'entretien, votre similimum pourra vous être proposé.

Mise à jour : mercredi 26 juillet 2017

© 2002-2017 Scarabelli - Tous droits réservés - Conception et réalisation : Scarabelli

Scaramel@Scarabelli.org

Scarabelli recommande les produits homéopathiques des laboratoires Rocal-Lehning

que vous trouverez 7 jours sur 7 à la Pharmacie Homéopathique du Maine

193 avenue du Maine - 75014 Paris - Métro Alésia

N'hésitez pas à joindre Madame Vally et son équipe au 01.45.39.72.72

pour vous assurer de la disponibilité de votre remède.